Commande en ligne en restauration, pourquoi y passer en 2017

Avec l’homologation des caisses enregistreuses qui approche à grands pas et sa mise en application en janvier 2018, les métiers de bouche dans leur totalité constatent l’évolution croissante de la digitalisation de leurs services, surtout en restauration. Si le respect de la réglementation est une première préoccupation, en adoptant un système de caisse normalisé, l’occasion de bien préparer son avenir et d’intégrer de nouveaux services digitaux, attendus par les utilisateurs, n’a jamais été aussi prégnante et est une bonne raison de remettre en question ses produits et ses services. La commande en ligne en fait partie, et force est de constater l’explosion des acteurs présents sur le marché depuis ces dernières années. Si tel est votre objectif, il vous reste à choisir votre partenaire… Comment faire le bon choix en fonction de ses ressources internes et de ses projets de développement ? Quel acteur contacter pour intégrer la commande en ligne et comment peut-il répondre à mes besoins ? France Snacking se met à votre place devant ce dilemme et vous apporte un éclairage sur les opérateurs existants et identifient leurs fondamentaux afin de vous aiguiller…

Lire l’article complet sur snacking.fr

Les 10 tendances Retail pour 2022 vu par Kantar

Christophe Meuter (Kantar Retail) et Vincent Druguet (Wunderman), nous font part des 10 tendances à suivre pour le retail en 2022.
A l’occasion du petit-déjeuner débat Kantar Vision qui s’est déroulé le 7 décembre 2016, Christophe Meuter, CCO Europe de Kantar Retail et Vincent Druguet, CEO France de Wunderman, nous ont fait part des 10 tendances à suivre pour le Retail en 2022.

Vidéo complète

Un modèle en plein basculement

1. Les prix vont augmenter

« Les marges du retail en France sont trop faibles, a souligné Christophe Meuter.Les coûts pèsent plus lourd qu’avant : c’est le cas notamment des charges liées au personnel, avec les ouvertures le dimanche ou tard le soir (amenées à se généraliser) ou encore les services de Drive. Les produits, eux, ne sont pas assez rentables, les marges sont trop faibles. »

2. Les retailers étrangers devraient gagner des parts de marché

« La France a toujours été un marché difficile pour les étrangers et il semblait difficile de s’y imposer ; Walmart lui-même, n°1 mondial, n’y est pas présent. Mais Lidl, n°2 mondial, se porte très bien et Costco, n°3, arrive l’an prochain sur le territoire… » Christophe Meuter a souligné que Costco, comme Amazon, fait payer l’accès à ses services. « Ce pourrait être l’un des nouveaux modèles du retail. »

3. Les robots remplaceront les vendeurs

Du point de vue de Vincent Druguet, le virage des robots est déjà pris, avec entre autres exemples le robot Tally, testé aux Etats-Unis pour vérifier les inventaires en rayons et s’occuper de leur réassort. Lowe’s et Walmart font eux aussi appel à des robots pour tenir le rôle des vendeurs et interagir avec les consommateurs en langage naturel. « En 2022, il y aura de nombreux robots en grande distribution et l’humain sera devenu un luxe. »

4. L’expérience client reste un vecteur d’attractivité

« Le magasin Adidas des Champs-Elysées est le 7e lieu le plus visité de Paris, avec 2,3 millions de visiteurs,a poursuivi Vincent Druguet. Cela nous invite à ne pas négliger l’expérience client en point de vente. La boutique Adidas vient de réouvrir, en associant digitalisation, personnalisation, connexion émotionnelle, lien entre Online et Offline. »

5. Le hard-discount n’est pas réservé aux pauvres

« Lidl va engranger des parts de marché, sans pourtant offrir d’expérience extraordinaire, a repris Christophe Meuter. Son succès s’explique par plusieurs paramètres : d’abord, c’est une grosse erreur de croire que la chaîne s’adresse aux plus démunis. Lidl a proposé du Sauternes à 200 euros la bouteille, du caviar pour les Fêtes, et de manière générale ses publicités affichent un message plutôt haut de gamme.» Plus d’un Français sur deux fréquente déjà un magasin Lidl. La marque va pouvoir associer le Onlineet le Offline, comme elle le fait déjà en Allemagne : le site présente une offre beaucoup plus large qu’en point de vente. Le consommateur passe commande en ligne et récupère ses produits lors de sa prochaine visite.

6. La proximité permet de segmenter l’offre

Autrefois synonyme de dépannage, le commerce de proximité, porté par le bon développement en France du modèle des franchises, apporte aux enseignes la possibilité de segmenter finement leur offre. L’assortiment répondra alors directement aux profils des habitants de la zone de chalandise.

7. E-commerce et retail vont fusionner

Amazon Go va ouvrir à Seattle, réservé aux employés dans un premier temps : il s’agit d’un point de vente physique (épicerie) plutôt classique, à une – énorme – exception près : le magasin n’a pas de caisses. Le client entre, passe son smartphone sur un portique, remplit son panier puis quitte tout simplement la boutique. Il est débité directement sur la carte bancaire affiliée à son compte Amazon. « Aujourd’hui, la fusion du e-commerce et des magasins n’est pas encore effective, mais je suis certain qu’en 2022 toutes les fonctions de retargeting, nées avec l’e-commerce, seront déclinées en point de vente et personnalisées pour chaque consommateur, a ajouté Vincent Druguet. Les retailers collecteront donc bientôt plus de données que la plupart des marques. »

8. Client Centric & data-driven marketing

Puisque les retailers se mettent à collecter massivement des données, on peut imaginer que dans un avenir proche leurs stratégies marketing s’appuieront sur ces nouvelles sources d’informations. « Les retailers agrègent de la donnée transactionnelle, comportementale, online et offline. Ils vont devenir très client centric et data-driven, ils auront la capacité d’envoyer le bon message sur le bon device au bon moment, de manière de plus en plus personnalisée et non plus mass-market comme ils le font aujourd’hui. »

9. Le retail doit raconter une histoire

Les enseignes doivent être capables de mettre en scène une histoire (souvent celle de leur savoir-faire, de leurs motivations et de leur héritage) à l’intention du consommateur, en tissant un lien continu entre le monde digital et les points de vente physiques.

10. L’ère de la pertinence Marketing

« Les marques et les distributeurs réussiront à conquérir les consommateurs par un juste équilibre entre l’usage de la donnée d’un côté, la connexion émotionnelle de l’autre », ont conclu les deux intervenants.

Cet équilibre signera l’ère de la « pertinence marketing ». Il est en train de se construire et en 2022, « les marques et les distributeurs auront accédé à cette notion de marketing presque chirurgical. »

Source : Kantar

2016, une année historique pour le bio

Croissance de la consommation de produits bio, augmentation de la production agricole bio et des surfaces cultivées en bio… L’Agence Bio vient de publier les résultats de l’année 2016. Une année qualifiée d' »historique ».

 

Marketing mobile pour magasins physiques : un incontournable en 2017

Si les outils de gestion de relation client que la plupart des réseaux de magasins utilisent de manière quotidienne sont un moyen efficace de s’adresser aux clients avant et après leur visite en point de vente, il est une étape qui reste encore mal maîtrisée voire méconnue : la visite en magasin en elle-même. Que font réellement vos clients, comment se déplacent-ils, comment leur adresser une offre pertinente au bon moment ? Nous vous expliquons en quoi le marketing physique en magasin est un vrai levier et vous proposons 4 solutions éprouvées.

Lire l’article complet sur snacking.fr 

 

Quelques dates importantes pour le secteur

15 et 16 mars 2017⎪Sandwich & Snack Show ⎪Porte de Versailles

19 au 22 mars 2017⎪Franchise Expo Paris⎪Porte de Versailles

28 au 29 mars 2017⎪M.A.D.E⎪Porte de Versailles

15 et 16 mars 2017⎪SITL (logistique)⎪Porte de Versailles.

Hâte de vous retrouver sur place : )